L’iridologie

C’est l’étude de la partie colorée de l’œil, l’iris.

 

C’est une pratique utilisée depuis plus de 3 000 ans dans les civilisations méditerranéennes. A l’époque, les yeux étaient observés pour en déduire l’état de santé des personnes.

La paternité de cette médecine est accordée à un médecin hongrois du XIXème siècle, le docteur Ignatz Von Peczely, qui écrivait : « L’œil n’est pas seulement le miroir de l’âme, mais aussi celui du corps ».

Peczely (1826-1911) scientifique et médecin homéopathe hongrois, remarqua l’apparition d’une tache noire dans l’iris d’un hibou, du même côté que sa patte cassée. Un phénomène intriguant pour l’homme qui, après des années de recherche, conclut à un lien entre les spécificités de l’iris d’un individu – sa trame, ses taches, ses déformations, sa couleur – et son état de santé, chaque région de l’iris correspondant à un organe ou une partie du corps. Il mit ainsi au point une cartographie de l’iris et conceptualise l’iridologie, espérant pouvoir diagnostiquer les maladies et autres troubles par les yeux.

En complément de l’analyse morphologique et de l’étude des antécédents médicaux de la personne, l’iridologie est un outil majeur pour appréhender la vitalité d’un individu, son « terrain » ainsi que ses forces et faiblesses organiques. Elle permet également de mettre en évidence des prédispositions héréditaires qui peuvent révéler :

  • Des prédispositions génétiques et héréditaires des maladies
  • Des carences minérales, énergétiques ou vitaminiques
  • Des informations sur le système nerveux
  • La présence de toxines dans l’organisme ainsi que leur localisation
  • Des troubles de la circulation sanguine
  • Des risques arthritiques ou rhumatismaux
  • Une fragilité du système immunitaire, une tendance aux allergies
  • Des informations sur la sphère émotionnelle, le stress, l’anxiété et la fatigue
  • Les réserves vitales de l’organisme et l’âge biologique…

Tout ceci étant rendu possible grâce à la richesse de l’innervation et de la circulation sanguine dans les yeux.

Concrètement, avec une loupe grossissante ou à partir d’une photo, l’iridologue étudie la couleur et la texture des tissus, leur pigmentation, leurs reliefs et interprète tous ces signes qui confèrent à l’iris son caractère unique. En effet, l’iris est une véritable « empreinte », une « signature » irienne aussi personnelle que celle des empreintes digitales. Certaines sociétés spécialisées dans la sécurité commencent d’ailleurs à utiliser l’iris comme moyen de reconnaissance d’une personne.

Ces différents signes peuvent être déjà présents à la naissance ou, au contraire, faire leur apparition au cours de la vie. Tout signe apparu est définitivement inscrit dans l’iris, même si l’organe correspondant est guéri.

Par contre, l’iridologie ne permet pas de diagnostiquer une maladie, de déterminer la personnalité de quelqu’un et ne permet pas non plus de voir l’avenir de la personne ! Et encore moins les numéros du loto !